Alex Barbier nous a quitté

Les éditions Frémok viennent d’annoncer le décès du Jurassien Alex Barbier, le 29 janvier 2019 à l’âge de 68 ans.
Etudiant aux Beaux-Arts de Nantes à la fin des années 60, Barbier publie ses premières planches de BD dans Charlie Mensuel en 1974. Dès ses premiers récits en couleurs directes, il développe un univers torturé plein de malaise et de solitude. Après avoir collaboré à Hara-Kiri et publié quatre albums constituant une oeuvre singulière et troublante, il partageait son temps entre le Jura et les Pyrénées.
Il avait ensuite réalisé « Les Paysages de la nuit », « Comme un poulet sans tête » et enfin « Dernière bande » en 2014 qui signait ses adieux au 9e art. Le Festival international de la bande dessinée 2015 avait consacré une exposition à cet artiste en marge aux planches aux allures de cauchemar halluciné en couleur directe et transgressant les codes narratifs et picturaux de la BD. Rares sont les auteurs qui, en bande dessinée, ont réussi à nous imprégner aussi fortement de leurs fantasmes et de leurs peurs.
Il avait quelque peu usé son fond de pantalon au FIRN. Au sens figuré puisqu’il y avait activement participé en 2001 et en 2004, et une autre fois au sens propre (?), après une chute, qui avait nécessité l’intervention urgente de Marceline Dentel, la mercière de la place de l’Hôtel de Ville. Souvenirs, souvenirs…
Nous invitons chacun à rendre hommage à ce grand monsieur des arts graphiques en se replongeant dans son oeuvre.

+deFIRN Cinéma : BORDER, le 7 février 2019

BORDER (Suède, 2019,1h 48min)
De Ali Abbasi
Avec Eva Melander, Eero Milonoff, Jörgen Thorsson
Tina, douanière à l’efficacité redoutable, est connue pour son odorat extraordinaire. C’est presque comme si elle pouvait flairer la culpabilité d’un individu. Mais quand Vore, un homme d’apparence suspecte, passe devant elle, ses capacités sont mises à l’épreuve pour la première fois. Tina sait que Vore cache quelque chose, mais n’arrive pas à identifier quoi. Pire encore, elle ressent une étrange attirance pour lui..
Né en Iran, Ali Abbasi a publié plusieurs nouvelles dans son pays avant de s’installer en Suède pour étudier l’architecture. Une fois diplômé, il s’intéresse à la mise en scène et s’inscrit à la National Film School of Denmark. Son premier long-métrage, Shelley, sort en 2016.
Cette séance sera animée par Quentin, étudiant en cinéma et membre de l’association Imaginarium. Cette nouvelle formule des plus de FIRN cinéma permettra d’aller plus loin que le simple débat mais aussi de nous emmener sur le chemin de l’analyse filmique.

Tarifs habituels.

Claude Mesplède – compagnon de route du FIRN nous a quitté

Claude Mesplède, très grand spécialiste du roman noir nous a quitté il y a quelques jours. Ce fut un fidèle compagnon de route de notre festival. Il participa au FIRN à de nombreuses occasions comme auteur ou comme modérateur.
Le FIRN n’oubliera jamais ces moments partagés et nos pensées vont à ses proches.

Claude Mesplede, est né en 1939 à St-Laurent de la Prée (Charente-Maritime).
Électricien en aéronautique, il a travaillé à Air France de 1957 à 1993, alternant travail professionnel et fonctions syndicales locales et nationales.

Passionné de littérature depuis toujours, il découvre rapidement les romanciers populaires et le roman noir américain. Son premier ouvrage Voyage au cœur de la Noire (1982), écrit en collaboration avec J.J Schleret, constitue le premier dictionnaire exhaustif sur la «Série Noire». Première manifestation d’un extraordinaire travail de critique et d’anthologiste qui, au fil d’innombrables articles et de nombreux volumes, l’amènera à concevoir et diriger la rédaction du monumental Dictionnaire des littératures policières paru en 2003, œuvre sans équivalent qui aborde le genre littéraire dans tous ses aspects, à toutes les époques et à l’échelle universelle. Cet ouvrage de référence confère à Claude Mesplède une place de choix dans le cœur des amateurs de polar. Ajoutons qu’il fut aussi Président de l’Association 813 (1995-1998) et responsable de plusieurs collections.