Michel PINÇON (France)

Michel Pinçon est né en 1942 à Lonny (Ardennes). Il est sociologue, ancien directeur de recherche au CNRS, rattaché à l’Institut de recherche sur les sociétés contemporaines (IRESCO). Ses études portent essentiellement sur la haute bourgeoisie et le processus de reproduction sociale. Issu d’un milieu ouvrier – son père était employé de banque et sa mère femme de ménage -, il étudie la sociologie à la faculté de Lettres de Lille. Il travaille au départ sur la sociologie urbaine et intègre le CNRS en 1978. Ses recherches portent sur les grands ensembles et la crise de la classe ouvrière. À partir de 1987, il travaille le plus souvent en collaboration avec Monique Pinçon-Charlot, son épouse depuis 1967. Ils ont publié de nombreux travaux sur la haute société française ainsi que sur Paris.

DERNIERS OUVRAGES en commun avec Monique Pinçon-Charlot :

Riche, pourquoi pas toi ?, bande dessinée avec Marion Montaigne, Dargaud, 2013

La violence des riches, Zones/La Découverte, 2014

Panique dans le 16e, avec Etienne Lécroart, La Ville Brûle, 2017

Riches au tribunal – L’Affaire Cahuzac et l’évasion fiscale,

avec Etienne Lécroart, Delcourt, 2018

Pourquoi les riches sont-ils de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres ?, avec Etienne Lécroart, La Ville Brûle, 2018

Le Président des ultra-riches, Zones/La Découverte, 2019

PARTICIPE À LA TABLE RONDE / SAMEDI 29 JUIN À 11H00

ARGENT

Frédéric PAULIN (France)

Frédéric Paulin, né en 1972, est un grand raconteur d’histoires et un dialoguiste incisif, au style audiardesque, mais aussi un journaliste indépendant, fondateur du journal satirique rennais Le Clébard à sa mémère. Il a été professeur d’histoire et géographie en collège et lycée. Il a publié aux éditions des Perséides, en 2009, La Grande Déglingue, un premier roman tonitruant et mélancolique sur la boucherie qu’a été la Première Guerre mondiale.

Avec Prémices de la chute, 2019, deuxième volet de la trilogie annoncée chez Agullo, l’auteur s’approche au plus près des mécanismes qui conduisent au terrorisme et de la difficulté pour les États de les envisager à temps.

DERNIERS OUVRAGES :

La peste soit des mangeurs de viande, La Manufacture de livres, 2017

La guerre est une ruse, éditions Agullo, 2018 (Prix des lecteurs Quais du polar – 20 Minutes 2019), Prix du roman noir français Beaune 2019, Prix Marguerite Puhl-Demange Metz 2019, Prix étoile du polar du Parisien 2018)

Les Cancrelats à coups de machette, Goater, 2018

Prémices de la chute, éditions Agullo, 2019

PARTICIPE À LA TABLE RONDE / SAMEDI 29 JUIN À 16H00

ADRENALINE

PARTICIPE AU KFÉ NOIR / DIMANCHE 30 JUIN À 14H30

TRIPLE DOSE

Delphine PANIQUE (France)

Nazario Luque Vera, alias NAZARIO, naît le 3 janvier 1944 entre Séville et Huelva. C’est en 1972 que tout commence, lorsqu’il s’installe à Barcelone (ville qu’il ne quittera plus) et qu’il fonde le collectif « El Rrollo » avec Mariscal, son ami de toujours. Il publie alors ses premiers fanzines qu’il distribue sous le manteau, ce qui lui vaudra d’être poursuivi par la police. Puis 1980 voit naître la célèbre revue espagnole de bande dessinée : El Vibora. C’est dans cette même revue que Nazario publie les premiers épisodes d’Anarcoma. Ses bandes dessinées mettent en scène le monde LGBT : personnages exclusivement homosexuels ou transsexuels, représentations explicites de la drague et des relations sexuelles, manifestations d’homophobie et répression sociale. Bien plus tard, Nazario finira par abandonner définitivement la BD (laissant derrière lui des œuvres inachevées comme le troisième volume des aventures d’Anarcoma) pour se consacrer pleinement à la peinture de natures mortes hyperréalistes qu’il expose dans des galeries.

DERNIERS OUVRAGES :

Anarcoma, Misma, 2017

PARTICIPE AU KFÉ NOIR / DIMANCHE 30 JUIN À 16H30

DOUBLE DOSE BD LA MOVIDA, LA DROGUE