Alex Barbier nous a quitté

Les éditions Frémok viennent d’annoncer le décès du Jurassien Alex Barbier, le 29 janvier 2019 à l’âge de 68 ans.
Etudiant aux Beaux-Arts de Nantes à la fin des années 60, Barbier publie ses premières planches de BD dans Charlie Mensuel en 1974. Dès ses premiers récits en couleurs directes, il développe un univers torturé plein de malaise et de solitude. Après avoir collaboré à Hara-Kiri et publié quatre albums constituant une oeuvre singulière et troublante, il partageait son temps entre le Jura et les Pyrénées.
Il avait ensuite réalisé « Les Paysages de la nuit », « Comme un poulet sans tête » et enfin « Dernière bande » en 2014 qui signait ses adieux au 9e art. Le Festival international de la bande dessinée 2015 avait consacré une exposition à cet artiste en marge aux planches aux allures de cauchemar halluciné en couleur directe et transgressant les codes narratifs et picturaux de la BD. Rares sont les auteurs qui, en bande dessinée, ont réussi à nous imprégner aussi fortement de leurs fantasmes et de leurs peurs.
Il avait quelque peu usé son fond de pantalon au FIRN. Au sens figuré puisqu’il y avait activement participé en 2001 et en 2004, et une autre fois au sens propre (?), après une chute, qui avait nécessité l’intervention urgente de Marceline Dentel, la mercière de la place de l’Hôtel de Ville. Souvenirs, souvenirs…
Nous invitons chacun à rendre hommage à ce grand monsieur des arts graphiques en se replongeant dans son oeuvre.