24e FIRN FRONTIGNAN – du 10 au 12 septembre 2021

Des villes et des champs… les géographies du roman noir

Après une édition 2020 faite de promenades sur la Toile et dans les paysages de Thau, le FIRN continue de s’adapter aux nouvelles donnes. Encore plus soucieux de votre santé, il change ses dates et clôturera la saison estivale au lieu de l’ouvrir, passant de juin à septembre, pour cette 24e édition. Et, encore plus ambitieux dans le champ de la lecture publique, il se déplace au sein du lycée technique agricole Maurice-Clavel, établissement phare du bassin de Thau, situé en coeur de cité et en bord de canal… entre ville et champ.

Car, pour certains, la vie est pendulaire : les ruraux aspirent à la ville pour survivre, les citadins veulent la campagne pour revivre. Les premiers nourrissent les seconds qui les consomment voire les consument. La crise sanitaire de 2020 a accéléré cela, perpétuant le mouvement des travailleurs pauvres vers les zones grises et des plus riches qu’eux vers les vertes. Pour d’autres, la majorité, ils mourront où ils sont nés, dans cet entre-deux qu’est la périphérie, la banlieue ou le rurbain, seuls lieux qui leur confèrent une identité propre, légitimée car refusée par l’Autre.

À la suite des écrivains de science-fiction des années 70 et 80, les auteurs du Noir du 21e siècle, genre littéraire né pour dire les bas-fonds des mégalopoles, racontent la fin des utopies métropolitaines et un monde où les campagnes peuvent être aussi belles mais aussi cruelles que les villes. 45 d’entre eux se retrouveront à Frontignan, ville moyenne à la croisée de centres urbains et d’espaces naturels, géographie incongrue pour le passant mais refuge pour l’habitant, pour la 24e édition du FIRN. Un événement ouvert à tous les publics, du 10 au 12 septembre 2021, pour des débats et des dédicaces, et désormais aussi toute l’année lors de balades et de rencontres littéraires, d’ateliers d’écriture et de résidences d’auteur.e.s.

Le FIRN est organisé par la Ville de Frontignan la Peyrade et l’association Soleil Noir. Avec le soutien du Ministère de la Culture/DRAC Occitanie, du Centre national du livre/CNL, de la Région Occitanie, d’Occitanie livre & lecture, du Département de l’Hérault, Sète agglopôle Méditerranée et la Mission locale d’insertion des jeunes du bassin de Thau/MLIJ. En complicité avec 6 pieds sous terre éditions ; le centre communal d’action sociale de Frontignan ; le lycée technique agricole Maurice-Clavel/LEPAP ; les collèges des Deux Pins et Simone de Beauvoir ; la médiathèque Montaigne et le réseau des médiathèques de Thau ; la médiathèque départementale Pierresvives ; la direction régionale SNCF ; Véolia ; Pitch Promotion ; les librairies La Plume Bleue, Nouvelle librairie sétoise, La Cavale et Série B ; la librairie-café associative Prose Café ; la bouquinerie La Girafe ; la Société laïque de lecture ; la Fabrikulture ; les Compagnons du livre ; les Auteurs au soleil ; l’Espace de vie sociale/EVS ; Culture urbaine sans frontière ; l’Unité éducative en milieu ouvert/UEMO-PJJ de Sète ; les Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes/EHPAD publics de Frontignan la Peyrade ; Vivre à la maison de retraite ; la Cie Ah Bon ! ; l’association de commerçants et artisans FrontiLap ; les bars-restaurants du centre-ville ; les commerçants du bassin de Thau ; le Point Infos Jeunes/PIJ-Point Europe de Frontignan ; Emmaüs Frontignan-Bassin de Thau…

_________________________________________________________________________________

Le Firn, une histoire collective

Au coeur des politiques de lecture publique de la Ville de Frontignan et du territoire de Thau, le Festival international du roman noir (FIRN/Frontignan) conduit un grand événement annuel, visant à permettre à tous les publics de rencontrer le « récit du monde » des littératures noires et policières, et des actions toute l’année dont l’objectif est la promotion des nouvelles tendances du polar.

Ainsi, depuis 1998, le FIRN a accueilli près de 1 000 auteurs, plus de 130 spécialistes (journalistes, chercheurs, universitaires, critiques), plus de 30 maisons d’éditions, des libraires indépendants généralistes ou spécialisés, lors de 23 éditions qui ont rassemblé de 5 000 à 10 000 festivaliers / an, et est parti à la rencontre de plus de 10 000 personnes spécifiques (enfants des crèches, élèves des 13 écoles maternelles et primaires, collégiens de 3 collèges, élèves du lycée technique, élèves d’école de la 2e chance ou de classes relais, jeunes en parcours d’insertion, jeunes et adultes suivis en milieux ouverts ou incarcérés, bénéficiaires des centres sociaux, résidents de 7 EHPAD, membres d’associations culturelles, sportives, loisirs ou 3e âge…) à travers des ateliers d’écriture et/ou d’art plastique, des résidences, des rencontres et des balades littéraires, avec un souci constant de valorisation.

L’ADN du festival reste la recherche d’une grande qualité littéraire, la mieux à même de promouvoir le roman social, mariée à la création de temps conviviaux et décomplexés où le croisement des genres et des publics permet de lutter contre les inerties de l’entre-soi. Expérimentées en 2020 dans le cadre d’une 23e édition déplacée puis repensée suite aux contraintes sanitaires, les balades littéraires qui autorisent à la fois la rencontre avec un auteur et avec un territoire, naturel ou urbain, ont permis à un public de promeneurs de goûter tant une oeuvre à travers les lectures qui en étaient faites que des produits du terroir en circuits-courts. Ici, un vigneron, là un pêcheur, à pied ou à vélo, dans la garrigue et les espaces remarquables des 14 communes de Thau ou les ruelles des villes, dans des friches industrielles ou, en bateau électrique, sur les eaux du canal du Rhône à Sète. Ce format salué par tous sera reproduit mensuellement de janvier à décembre 2021, toujours dans le but de développer le festival au long cours et de rencontrer de nouveaux publics à travers des petites formes, plus intimes et moins codifiées. 2021 sera également une année plus riche en matière de vie littéraire et de soutien aux auteurs, le FIRN se (re)donnant comme ambition de remettre l’auteur au coeur de la cité.