Apéro Quiz Polar au Gazette café le 5 juin à 18h

Accros aux polars ? Cette année encore le FIRN risque de renforcer votre addiction (le thème de cette année)  avec ses 40 auteurs venus de 13 pays différents et de 4 continents. Le temps d’un apéro venez tester vos connaissances sur le roman noir et tenter de gagner des lots (Muscat, livres, BD…)  tout en découvrant les pépites du programme du 22e Festival international du roman noir de Frontignan du 28 au 30 juin 2019.

Gratuit. Ouvert à tou.te.s. En présence d’auteurs invités.

mercredi 5 juin de 18h à 19h30 au Gazette Café  6 rue Levat à Montpellier

Alex Barbier nous a quitté

Les éditions Frémok viennent d’annoncer le décès du Jurassien Alex Barbier, le 29 janvier 2019 à l’âge de 68 ans.
Etudiant aux Beaux-Arts de Nantes à la fin des années 60, Barbier publie ses premières planches de BD dans Charlie Mensuel en 1974. Dès ses premiers récits en couleurs directes, il développe un univers torturé plein de malaise et de solitude. Après avoir collaboré à Hara-Kiri et publié quatre albums constituant une oeuvre singulière et troublante, il partageait son temps entre le Jura et les Pyrénées.
Il avait ensuite réalisé « Les Paysages de la nuit », « Comme un poulet sans tête » et enfin « Dernière bande » en 2014 qui signait ses adieux au 9e art. Le Festival international de la bande dessinée 2015 avait consacré une exposition à cet artiste en marge aux planches aux allures de cauchemar halluciné en couleur directe et transgressant les codes narratifs et picturaux de la BD. Rares sont les auteurs qui, en bande dessinée, ont réussi à nous imprégner aussi fortement de leurs fantasmes et de leurs peurs.
Il avait quelque peu usé son fond de pantalon au FIRN. Au sens figuré puisqu’il y avait activement participé en 2001 et en 2004, et une autre fois au sens propre (?), après une chute, qui avait nécessité l’intervention urgente de Marceline Dentel, la mercière de la place de l’Hôtel de Ville. Souvenirs, souvenirs…
Nous invitons chacun à rendre hommage à ce grand monsieur des arts graphiques en se replongeant dans son oeuvre.

29, 30 juin, 1er juillet 2018 – Frontignan

“L’argent, la guerre”

Fric et fracas du monde

Oui, l’argent a bien une odeur ! Celle de la victoire pour quelques-uns, plutôt rares. Celle de la guerre pour tous les autres. La main invisible du capitalisme tient souvent un M16 mais les vrais « soldats de fortune » ne font jamais de la chair à canon. Dans les tranchées ou dans les luttes quotidiennes, on essaie de survivre. L’argent, la guerre, deux thèmes qui s’entrechoquent. Le rapport à l’un et à l’autre interroge l’humanité au plus profond, transgressant les lignes du bien et du mal. Le FIRN et ses 40 auteurs invités, une nouvelle fois, décrypteront ce moment du monde où jamais aussi peu de gens détiennent autant de richesses et où jamais autant de gens sont pris en otages dans des conflits larvés. La guerre c’est la défaite de la politique. L’argent, aussi. Au fracas du monde, en 2018, Frontignan opposera le fric-frac de cette XXIe édition du FIRN.

LES AUTEURS

Ambre • France Lilian Bathelot • France Cesare Battisti • Italie – invité permanent Gianni Biondillo • Italie Anne Bourrel • France Ivan Brun • France Daniel Casanave • France Selma Dabbagh • Grande-Bretagne Bram Dehouck • Belgique Timothée Demeillers • France Serguei Dounovetz • France Marc Fernandez • France Samuel W. Gailey • USA Christophe Gaulthier • France Guy-Philippe Goldstein • France Vladimir Hernandez • Cuba Diane Kanbalz • France Paul Kirchner • USA – Auteur de l’affiche Etienne Lecroart • France Marin Ledun • France Jérôme Leroy • France Ernesto Mallo • Argentine Dominique Manotti • France Petros Markaris • Grèce Russel McLean • Grande-Bretagne Zygmunt Miloszewski • Pologne Michel Moatti • France Marion Montaigne • France Patrick Mosconi • France Carl Nixon • Nouvelle Zélande Olivier Norek • France Frédéric Paulin • France Michel Pinçon • France Monique Pinçon-Charlot • France Eric Plamondon • Canada / Québec Jean-Bernard Pouy • France Serge Quadruppani • France Vincent Ravalec • France Anouk Ricard • France Gilles Rochier • France Jose Carlos Somoza • Cuba Bogdan Teodorescu • Roumanie David Vandermeulen • Belgique Fred Vargas • France – Marraine du festival

+DEFIRN Cinéma : Mon chien stupide d’Yvan Attal d’après John Fante en avant-première à Frontignan

Vendredi 11 octobre, 19h au CinéMistral de Frontignan en présence d’Yvan Attal réalisateur et acteur

+DEFIRN Cinéma avec la projection en avant-première de Mon chien stupide d’après le roman éponyme de John Fante.

Henri est en pleine crise de la cinquantaine. Les responsables de ses échecs, de son manque de libido et de son mal de dos ? Sa femme et ses quatre enfants, évidemment ! A l’heure où il fait le bilan critique de sa vie, de toutes les femmes qu’il n’aura plus, des voitures qu’il ne conduira pas, un énorme chien mal élevé et obsédé, décide de s’installer dans la maison, pour son plus grand bonheur mais au grand dam du reste de la famille et surtout de Cécile, sa femme dont l’amour indéfectible commence à se fissurer.

> Avec autodérision, John Fante n’a jamais raconté qu’une seule histoire : la sienne. Fils de maçon, né dans le Colorado, il voulait devenir le plus grand auteur américain de sa génération. Sous sa plume, l’ordinaire devient extraordinaire. Pourtant, il ne connaîtra jamais la renommée de son vivant.

À 20 ans, il se rend à Los Angeles où il travaille dans une conserverie de poisson et exerce de nombreux petits boulots pour survivre. Lecteur passionné, il commence à écrire des nouvelles. Premier roman écrit par John Fante en 1939, Demande à la Poussière est une œuvre semi-autobiographique issue de la saga d’Arturo Bandini, alter égo qu’il s’est créé. Elle fait suite à Bandini (1938) et Sur la Route de Los Angeles, même si ce dernier ouvrage ne sera publié en réalité qu’en 1985. Il raconte ses tourments d’écrivain sans le sou dans un hôtel de seconde zone, à Bunker Hill, pendant la Grande dépression. Mais loin d’être un recueil de ses lamentations, Demande à la Poussière dévoile l’imaginaire et la rage au ventre d’un jeune auteur prêt à tout pour réussir. Camilla, une belle espagnole, viendra perturber ses aspirations et le ramener à ses origines d’immigré.
Mon chien Stupide (titre original : My Dog Stupid) est un des deux romans de John Fante paru en 1985, deux ans après la mort de l’auteur. Mon chien stupide  raconte L’irruption d’un chien au comportement imprévisible, ses nouveaux propriétaires l’appelleront Stupide, dans la vie d’un romancier quinquagénaire, Henry J. Molise, et de sa famille au bord du Pacifique. Le comique y côtoie le tragique. Le souvenir d’un autre chien, Rocco hante aussi le narrateur. C’est le moment de commencer l’amer bilan de sa vie.

Jeudi 27 juin Médiathèque Emile-Zola à Montpellier / Rencontre avec Franck Bouysse

Rencontre avec Franck Bouysse autour de son livre « Né d’aucune femme » (La manufacture de livres) à la Médiathèque Emile-Zola à Montpellier

Rencontre en amont du 22e Festival International du Roman Noir, organisé à Frontignan les 28, 29 et 30 juin. avec 40 auteurs, espoirs ou légendes du genre, dans le cadre des rencontres « + de FIRN »). Avec la participation de Nathalie Castagné, présidente de l’association Soleil Noir.

Franck Bouysse est né en 1965 à Brive-la-Gaillarde, il a été enseignant en biologie et se lance dans l’écriture en 2004. Grossir le ciel en 2014, puis Plateau en 2016 rencontrent un large succès, remportent de nombreux prix littéraires et imposent Franck Bouysse sur la scène littéraire française. Il partage aujourd’hui sa vie entre Limoges et un hameau de Corrèze.

 

« Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d’une femme à l’asile.
– Et alors, qu’y a-t-il d’extraordinaire à cela ? demandai-je.
– Sous sa robe, c’est là que je les ai cachés.
– De quoi parlez-vous ?
– Les cahiers… Ceux de Rose. »

Ainsi sortent de l’ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquels elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin.

Franck Bouysse, lauréat de plus de dix prix littéraires, nous offre avec Né d’aucune femme  la plus vibrante de ses œuvres. Avec ce roman sensible et poignant, il confirme son immense talent à conter les failles et les grandeurs de l’âme humaine.

Ce roman est finaliste du Grand Prix des lectrices de Elle et du prix du roman inspirant Psychologies magazine. Il est par ailleurs en compétition pour le Prix Etonnants voyageurs/Ouest France, le Prix Louis Guilloux, le Prix des Lecteurs de la Maison du livre de Rodez et le Prix des lecteurs de la librairie Expressions à Chateauneuf-de-Grasse…

©Droits réservés

 Localisation : Médiathèque Emile Zola
 Catégorie : Rencontre
 Conditions : 18H30 Grand auditoirum

 

  • – Le 27/06/2019
 Public : Tout public

+DEFIRN Cinéma : Mon chien stupide d’Yvan Attal d’après John Fante en avant-première à Frontignan

Vendredi 11 octobre, 19h au CinéMistral de Frontignan en présence d’Yvan Attal réalisateur et acteur

+DEFIRN Cinéma avec la projection en avant-première de Mon chien stupide d’après le roman éponyme de John Fante.

Henri est en pleine crise de la cinquantaine. Les responsables de ses échecs, de son manque de libido et de son mal de dos ? Sa femme et ses quatre enfants, évidemment ! A l’heure où il fait le bilan critique de sa vie, de toutes les femmes qu’il n’aura plus, des voitures qu’il ne conduira pas, un énorme chien mal élevé et obsédé, décide de s’installer dans la maison, pour son plus grand bonheur mais au grand dam du reste de la famille et surtout de Cécile, sa femme dont l’amour indéfectible commence à se fissurer.

> Avec autodérision, John Fante n’a jamais raconté qu’une seule histoire : la sienne. Fils de maçon, né dans le Colorado, il voulait devenir le plus grand auteur américain de sa génération. Sous sa plume, l’ordinaire devient extraordinaire. Pourtant, il ne connaîtra jamais la renommée de son vivant.

À 20 ans, il se rend à Los Angeles où il travaille dans une conserverie de poisson et exerce de nombreux petits boulots pour survivre. Lecteur passionné, il commence à écrire des nouvelles. Premier roman écrit par John Fante en 1939, Demande à la Poussière est une œuvre semi-autobiographique issue de la saga d’Arturo Bandini, alter égo qu’il s’est créé. Elle fait suite à Bandini (1938) et Sur la Route de Los Angeles, même si ce dernier ouvrage ne sera publié en réalité qu’en 1985. Il raconte ses tourments d’écrivain sans le sou dans un hôtel de seconde zone, à Bunker Hill, pendant la Grande dépression. Mais loin d’être un recueil de ses lamentations, Demande à la Poussière dévoile l’imaginaire et la rage au ventre d’un jeune auteur prêt à tout pour réussir. Camilla, une belle espagnole, viendra perturber ses aspirations et le ramener à ses origines d’immigré.
Mon chien Stupide (titre original : My Dog Stupid) est un des deux romans de John Fante paru en 1985, deux ans après la mort de l’auteur. Mon chien stupide  raconte L’irruption d’un chien au comportement imprévisible, ses nouveaux propriétaires l’appelleront Stupide, dans la vie d’un romancier quinquagénaire, Henry J. Molise, et de sa famille au bord du Pacifique. Le comique y côtoie le tragique. Le souvenir d’un autre chien, Rocco hante aussi le narrateur. C’est le moment de commencer l’amer bilan de sa vie.

Jeudi 27 juin Médiathèque Emile-Zola à Montpellier / Rencontre avec Franck Bouysse

Rencontre avec Franck Bouysse autour de son livre « Né d’aucune femme » (La manufacture de livres) à la Médiathèque Emile-Zola à Montpellier

Rencontre en amont du 22e Festival International du Roman Noir, organisé à Frontignan les 28, 29 et 30 juin. avec 40 auteurs, espoirs ou légendes du genre, dans le cadre des rencontres « + de FIRN »). Avec la participation de Nathalie Castagné, présidente de l’association Soleil Noir.

Franck Bouysse est né en 1965 à Brive-la-Gaillarde, il a été enseignant en biologie et se lance dans l’écriture en 2004. Grossir le ciel en 2014, puis Plateau en 2016 rencontrent un large succès, remportent de nombreux prix littéraires et imposent Franck Bouysse sur la scène littéraire française. Il partage aujourd’hui sa vie entre Limoges et un hameau de Corrèze.

 

« Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d’une femme à l’asile.
– Et alors, qu’y a-t-il d’extraordinaire à cela ? demandai-je.
– Sous sa robe, c’est là que je les ai cachés.
– De quoi parlez-vous ?
– Les cahiers… Ceux de Rose. »

Ainsi sortent de l’ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquels elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin.

Franck Bouysse, lauréat de plus de dix prix littéraires, nous offre avec Né d’aucune femme  la plus vibrante de ses œuvres. Avec ce roman sensible et poignant, il confirme son immense talent à conter les failles et les grandeurs de l’âme humaine.

Ce roman est finaliste du Grand Prix des lectrices de Elle et du prix du roman inspirant Psychologies magazine. Il est par ailleurs en compétition pour le Prix Etonnants voyageurs/Ouest France, le Prix Louis Guilloux, le Prix des Lecteurs de la Maison du livre de Rodez et le Prix des lecteurs de la librairie Expressions à Chateauneuf-de-Grasse…

©Droits réservés

 Localisation : Médiathèque Emile Zola
 Catégorie : Rencontre
 Conditions : 18H30 Grand auditoirum

 

  • – Le 27/06/2019
 Public : Tout public